Conséquences de 1936

 

    L'Après Guerre voit l'émergence d'un mouvement appelé les "années folles" soit le développement de nouveaux loisirs, on parle d'une utopie positiviste qui concerne exclusivement les milieux aisés. Outre le développement  de la  pratique de sports, d'autre forme de divertissements apparaissent, comme les spectacles sportifs tel que le Tour de France. Les journaux sportifs se multiplient et créent ainsi des célébrités sportives.                          A cette époque, le music hall remplace définitivement le café concert et de nouvelles danses, la Salsa notamment font leur apparition. La réduction du temps de travail a permis aux couches populaires d'accéder à cette société du loisirs. Elles disposent de plus de temps et de pouvoirs d'achat lui permettant d'aller au cinéma, au music hall.. Cette culture de masse s'illustre par l'émergence du vedettariat. On parle désormais de "Musique populaire", de "Cinéma populaire" qui exprime l'accès plus large de ces loisirs.

 

 *

*          *

 

 

  L'acces aux congés payés , décrété par Léon Blum à la suite de manifestations, permet  aux couches populaires  d'accéder à des lieux de vacances jusqu'à présent plutôt occupés par les classes bourgeoises. "Voir la mer" devient enfin un rêve accessible pour une  majorité d'ouvriers et d'employés. Les termes "vacances" et "voyages" s'instaurent dans cette nouvelle façon de vivre. Nous estimons ainsi qu'environ 600 000 ouvriers sont partis en vacances dès l’année 1936. Toutefois les Bords de Marnes restent nettement plus fréquentés que les plages. Pour accompagner ce mouvement, l'industrie automobile produit de nouveaux modèles accessibles financièrement aux classes moyennes et le réseau routier connait un véritable développement. 57% des départs en vacances s'éffectuent désormais en voiture. En 1937, le nombre d’ouvriers qui profitent des congés payés pour partir en vacances passe de 600 000 à environ 1 800 000.     

 

    L'industrie touristique et la société de loisirs se développent progressivement. Cette nouvelle façon de vivre, va permettre à certaines régions, bénéficiant de certains attraits touristiques, de devenir de véritables zones de villiégiature, comme par exemple la Côte d'Azur.

                 

 

  *

*          *

   

Départ en congés payés, gare Saint-Lazare. Chargement de bicyclettes.

Paris, 31 juillet 1936.

 

 

 

 

 

                                                                                                                            

     *

     *          *

     Jusqu'à présent, les négociations liées au travail s'excercaient entre syndicat et patronat. L'élection d'un gouvernement prenant en compte les attentes des classes populaires et des syndicats a introduit un troisième acteur dans la relation sociale. Ainsi, cela a renforcé la légitimité et la représentativité des syndicats qui sont devenus, non plus une force d'opposition à l'ordre établit mais une réelle partie prenante dans la politique sociale. Cela confère une place nouvelle du rôle des syndicats qui va être renforcé après la IIeme Guerre Mondiale et le développement du paritarisme dans les grands organismes sociaux (sécurité Sociale ect..). Les progrès sociaux deviennent un enjeu dans le débat politique. Certaines revendications sociales peuvent être relayées par des partis politiques, de gauches notamment, qui prennent en compte les attentes des classes populaires. La notion de progrès sociales est intégrée, depuis, dans les programmes politiques au même titre que les grands thèmes que sont la Sécurité, la santé, la Justice.. Cette dimension du social se traduit par des concepts encore présents aujourd'hui aussi bien dans les partis de gauches que de droites, appelée "justice sociale", "cohésion sociale", "progrès sociale"...

10 votes. Moyenne 3.20 sur 5.

Créer un site gratuit avec e-monsite - Signaler un contenu illicite sur ce site